Inscription | Connexion

Final Fantasy XII

Fiche créée par Bal-Sagoth
  • Titre original : Final Fantasy XII
  • Titre alternatif : ファイナルファンタジーXII
  • Plateforme : PlayStation 2 (PS2)
  • Dates de sortie :
    • 23/02/2007 France France
    • 16/03/2006 Japon Japon
    • 31/10/2006 États-Unis États-Unis
  • Etat : Disponible
  • Jouable en ligne : Non
  • Multijoueur : Non, en solo uniquement
  • Genre : Classical RPG
  • Thème : Science-Fantasy
  • Age conseillé : 16 ans et +
  • Site web officiel : Lien
  • Topic sur le forum : Lien
  • Groupe : Final Fantasy


Les humains ne font que dévier du cours de l'histoire...

Le petit royaume de Dalmasca est en liesse car la Princesse Ashe, héritière du trône, se marie avec le Prince Rassler, futur souverain du royaume voisin de Nabradia. Ce mariage scelle ainsi une alliance qui devrait permettre aux deux petits pays de peser d'un poids plus important dans le gigantesque monde d'Ivalice.

Du moins était-ce ce qui était prévu, mais l'invasion des troupes de l'empire d'Archadia, au nord d'Ivalice, va semer le trouble dans tout le pays. Le Prince Rassler trouve la mort dans la bataille malgré le secours du vaillant capitaine Basch von Rosenburg, ce qui peine tant la Princesse Ashe qu'elle se donne la mort, tandis que le royaume de Dalmasca doit plier face à la fantastique puissance de feu impériale, et que le roi de Dalmasca est obligé de signer un traité de reddition qui permettra en même temps à l'empire d'Archadia d'annexer Dalmasca.

Cependant, un petit groupe de résistants ne l'entend pas ainsi et s'infiltre dans la forteresse de Nalbina, là où doit avoir lieu la signature du traité, pour empêcher leur roi de le signer. Mais ils sont en bien trop faible nombre pour influer sur les évènements, et à peine ont-ils découvert que leur souverain a été assassiné qu'ils sont tous tués... sauf l'un d'entre deux, Reks, un jeune homme de dix-sept ans ayant décidé de s'enrôler dans la troupe à la dernière minute. Il est grièvement blessé par le capitaine Basch von Rosenburg, le même héros qui, peu de temps avant, avait risqué sa vie dans la bataille. Ce même capitaine avouera être l'auteur du meurtre de son propre roi, sous prétexte que ce dernier était un traitre et qu'il avait l'intention de donner le royaume de Dalmasca à Archadia.

Ainsi s'achève la « première partie » de l'histoire, qui n'en est pourtant que le prologue.

Deux ans plus tard, le royaume de Dalmasca est toujours sous domination impériale, mais la vie a repris un cours à peu près normal dans les rues de Rabanastre, la capitale de Dalmasca, là où le gros de l'invasion a eu lieu. « A peu près normal », car désormais des tas de soldats impériaux, reconnaissables à leurs lourdes armures de fer, patrouillent dans les rues et stationnent tous les cent mètres.

C'est dans ce contexte de paix relative que le nouveau consul d'Archadia, Vayne Solidor, également héritier du trône d'Archadia, se fait connaître devant le peuple de Dalmasca, sous les yeux de Vaan, un jeune homme de dix-sept ans qui a grandi dans les bas-fonds de la ville, qui vit plus ou moins légalement de rapines, ses victimes favorites étant les soldats archadiens, qu'il ne manque jamais de soulager de leurs bourses quand l'occasion se présente.

Vaan est très liée avec Penelo, une jeune fille de son âge qui a grandi dans le même endroit que lui. Ils ont tous les deux perdu leurs parents, soit à cause de la guerre, soit à cause d'épidémies. Ils sont très amis mais ont des caractères très différents : alors que Penelo ne souhaite que la paix sans essayer d'envenimer les choses, Vaan ne cherche qu'à se venger de l'empire, et est à l'affût de la moindre occasion d'assouvir ses pulsions vengeresses.

Il va bientôt avoir une occasion de mettre ses talents de voleur/redresseur de torts à l'épreuve à l'occasion d'un banquet organisé au palais de Rabanastre par les impériaux. Profitant d'une brèche dans la surveillance du palais en passant par les égouts, il espère y trouver quelque trésor à embarquer afin d'en faire profiter ses concitoyens. Cependant, ses « investigations » sont interrompues

1/ Par l'arrivée inopinée de deux personnes qui non seulement non pas l'heur de l'aimer, mais en plus ont très envie de s'emparer de la précieuse pierre sur laquelle il vient de mettre la main

2/ Par une attaque de la flotte impériale sur le palais. En fait, le banquet était une ruse organisée par Vayne pour y attirer les derniers résistants afin de les éliminer pour de bon. Vaan et ses deux nouveaux « amis » doivent fuir vite fait bien fait avant que la garde impériale ne leur mette le grappin dessus.

Au cours de leur fuite, toujours dans les égouts, ils feront la connaissance d'une autre personne, une certaine Amalia, une jeune fille se disant être de la résistance, ainsi que de son groupe. Cette jeune personne se joint à Vaan et les deux larrons, mais ils sont vite fait prisonniers par les impériaux, Vayne à leur tête, qui a eu tôt fait de les repérer grâce à son génie tactique.

En ayant croisé la route de cette Amalia, Vaan ne se rendra pas tout de suite compte que cela va l'entrainer dans une aventure dont il n'avait pas idée, une aventure qui va non seulement l'emmener très loin en Ivalice, mais également lui faire découvrir les plus sombres secrets de ce royaume.

Après l'histoire, le jeu


Voici une petite section présentant brièvement les aspects majeurs du jeu, avant un éventuel développement plus poussé.

Final Fantasy XII est un jeu de rôles dans lequel il s'agit de diriger un groupe de trois personnages ayant leurs compétences propres. Le schéma de progression ne diffère pas de la majorité des jeux du genre : après avoir usé ses semelles dans les longues pleines verdoyantes, on entre dans un village pour faire le plein d'objets divers et d'armement, avant de casser du monstre dans le donjon le plus proche à l'issue duquel une cinématique fera avancer le scénario.

Le scénario de cet épisode doit beaucoup à son aspect géopolitique travaillé. Les enjeux de pouvoir prennent une large place, et les héros eux-mêmes devront trouver la leur tout en faisant face à certaines vérités dérangeantes.

Final Fantasy XII
propose une progression assez libre, contrairement aux couloirs de Final Fantasy X. Le monde se divise en plusieurs zones assez distinctes, comme les plaines verdoyantes d'Ozmone, les gorges de Paramina ensevelies sous la neige ou le désert de Dalmasca qui s'étend à la fois à l'est et à l'ouest de Rabanastre, la capitale du royaume. Une zone se découpe en plusieurs sous-sections portant chacun un nom, et ses sous-sections sont remplies de monstres.

Contrairement à la plupart des jeux de rôles dans lesquels les ennemis sont invisibles sur la carte comme dans les donjons et les combats aléatoires, dans ce jeu les ennemis sont parfaitement visibles. En appuyant sur R2, vous pouvez choisir de fuir si vraiment vous êtes pressé ou à court de points de vie et que vous n'avez pas le temps de vous soigner. Quand vous quittez une sous-section, que ce soit pour en rejoindre une autre ou pour entrer dans une autre zone du jeu, les ennemis qui vous poursuivaient auparavant lâchent l'affaire.

Cela dit, il faut être prudent car tous les monstres présents dans une même zone n'ont pas forcément la même carrure. Même au tout début du jeu, il est possible de tomber sur des créatures très fortes qui peuvent vous terrasser en quelques secondes. Le jeu vous laissant aller à peu près où vous voulez au bout d'une heure, il ne vous indique guère la marche à suivre et les endroits à éviter. C'est donc à vous de mesurer vos pas et d'être prêt à détaler dès que vous sentez que le monstre en face de vous est vraiment trop fort.

Le système d'évolution des personnages se présente sous la forme d'un tableau de statistiques vous indiquant la force du personnage, ses défenses physique et magique, etc. Certaines de ces stats s'améliorent en achetant des armes et des protections.

Durant les combats, il sera possible de configurer les actions automatiques qu'effectueront les personnages, comme leur ordonner d'utiliser un sort de soin en cas de danger ou d'attaquer un ennemi à vue. On appelle cela des « gambits » et ils sont au coeur du système de combat de Final Fantasy XII. Ces « gambits » seront mis à rude épreuve durant les nombreuses chasses qui vous attendent. Ces chasses ne sont pas indispensables, mais les mener à bien permet de gagner des objets très intéressants facilitant un tant soit peu l'aventure.

1/ Le schéma de progression


Cet épisode s'inscrit dans la plus pure tradition du genre en faisant progresser le joueur d'une façon très classique. Tout d'abord, on crapahute pendant des kilomètres dans des environnements à la fois variés et très vastes, remplis d'ennemis. Dans ces endroits toujours hostiles, on rencontre des monstres, dont certains sont des copies conformes de créatures aperçues quelques kilomètres en amont (ou en aval, il y a beaucoup de reliefs, mais ils ne ralentissent aucunement la progression, vu que les personnages ne sont jamais fatigués), seule leur couleur est différente. Et bien sûr leur force.

Ces combats ne rapportent pas de points, mais des butins, tels que des peaux de bêtes et d'autres parties des carcasses de vos victimes, qu'il va falloir vendre au premier marchand rencontré afin de gagner de l'argent. Dès que vous avez terminé une zone (une zone se découpe en sous-sections, exemple : zone, Côte de Phon ; sous-section, collines de Kaïma), vous débarquez généralement dans un village.

Dans ce village, vous pouvez discuter avec pas mal d'habitants et faire vos courses. Remarquez que par moment il ne s'agira pas d'un village à proprement parler, avec des maisons. Parfois, il s'agira plutôt d'un campement de chasseurs, sur la côte de Phon, ou d'un bivouac de touristes venus visiter les ruines, dans le Col du Mosphore (sûrement dérivé du Bosphore, un fleuve turc. L'équipe du jeu avait fait des recherches dans ce pays pour l'architecture des villes). Quoi qu'il en soit, on trouve toujours un marchand, dans ces aires de repos se situant souvent en plein milieu d'une zone gorgée de monstres. Néanmoins, on y est toujours à l'abri.

Une fois vos emplettes terminées, vous pouvez poursuivre votre route vers le donjon, parfois après une cinématique au cours de laquelle un vénérable sage ancien vous aura indiqué la route. Veuillez noter que la sortie d'une zone ne débouche pas toujours directement à l'entrée d'un donjon, mais parfois dans une autre zone tout aussi longue et périlleuse. Exemple : plaines d'Ozmone puis jungle de Golmore.

Les donjons se présentent souvent sous la forme de temples vieux de plusieurs siècles qui permettent de les identifier comme tels, mais pas toujours. Des donjons naturels sont également à visiter, ne vous laissez donc pas distraire par la beauté des décors car un boss est vite arrivé.

Les temples, quand à eux, ne nécessitent pas un grand effort de réflexion pour en venir à bout. Même s'ils sont parfois un peu labyrinthiques, ils ne sont jamais complexes. Ne vous attendez pas à des énigmes comme dans un Zelda. A la fin d'un donjon, un inévitable boss viendra se mesurer à vous pour vous empêcher de mettre la main sur la précieuse relique s'y cachant. Au terme de ce combat, vous reprenez la route en sens inverse pour retourner au village... ou pas. En effet, quelques surprises viendront parfois égayer vos longues pérégrinations.

2/ La carte du monde et le déroulement des combats


Final Fantasy XII ne possède pas de carte du monde à proprement parler, dans l'acception classique du terme que les habitués du genre ont en tête. On se déplace beaucoup dans des environnements gigantesques entre deux villages, mais cela n'a plus rien à voir avec les épisodes Playstation dans lesquels on se déplaçait tel un géant sur une plaine verdoyante en regardant de haut les minuscules villages qui se réduisaient souvent à une ou deux maisons. Les plaines plus ou moins verdoyantes, les collines enneigées et les déserts écrasés sous le soleil sont à « échelle humaine » si l'on peut dire.

Dans ces zones, les ennemis sont visibles directement dans les environnements. On peut donc prévoir un combat longtemps à l'avance, et l'éviter si onlesouhaite.Comme expliqué dans l'introduction, une zone précise peut compter des monstres de force très différentes. C'est le cas par exemple dans les plaines de Giza, au tout début du jeu, au sud de Rabanastre. Cette zone regroupe aussi bien des lapins minuscules et inoffensifs que des gros volatiles très puissants aptes à vous envoyer au tapis en quelques secondes.

Pour mesurer la force d'un ennemi sans avoir à se risquer dans un combat, il y a deux solutions : regarder en quelle couleur est affiché son nom. Si c'est en bleu, tout va bien. Si c'est rouge, fuyez ! Une autre méthode bien plus précise consiste à employer une technique appelée « acuité » vous pourrez consulter les points de vie de votre adversaire, ce qui vous permettra d'évaluer sa force.

Les combats de Final Fantasy XII sont un mélange de temps réel à la Zelda et de tour par tour à la Final Fantasy X, à savoir que même si les ennemis sont visibles sur le champ de bataille et qu'il n'y a aucune transition entre la phase d'exploration et la phase de combat, vous ne pouvez pas décider vous-même tout seul du nombre de coups que vous allez asséner à ce groupe de loups qui se ballade à proximité de la ville. Une fois que vous avez ciblé un ennemi, les trois membres du groupe attaquent chacun leur tour. Il faut attendre que la jauge d'attaque soit remplie (comme dans les anciens épisodes) pour que les personnages attaquent de nouveau. On est donc pas vraiment libre d'attaquer quand on veut, mais on peut en revanche tourner autour de l'ennemi, et même profiter du relief du décor pour prendre un peu de recul. A tout moment, il est possible de fuir en maintenant R2 appuyé. Au bout d'un moment, même le plus coriace des ennemis (ils peuvent vous poursuivre en groupe) finit par abandonner.

Sachez aussi que l'équipe n'a jamais de meneur attitré, et qu'il est possible d'en changer à volonté. En général, on dirige une équipe de trois personnages, mais parfois un quatrième larron se joindra à vous dans le cadre du scénario. Ce personnage est généralement plus fort que les vôtres (sauf pour ceux qui s'entrainent durement) et il n'est pas « manipulable ». Il agit toujours de son propre chef.

3/ Les gambits

Derrière ce nom étrange se cache le système de jeu qui est le coeur de Final Fantasy XII. Pour faire simple, il s'agit d'un système d'actions automatiques que le joueur est libre de configurer comme il le souhaite afin de faire en sorte que son personnage exécute certaines actions tout seul comme un grand, au lieu de toujours devoir valider la même commande cinquante fois dans le menu de combat.

Les gambits se présentent sous la forme d' « ordres » achetables dans les boutiques ou que l'on peut dénicher dans la nature. Une fois cet ordre en votre possession (en trouver un seul suffit), vous pouvez l'assigner à tous vos personnages afin qu'il se mettent au diapason. Par exemple, si vous achetez le gambit « allié aux PV < 70 % » et que vous l'associez à un sort de soin de n'importe quelle puissance, vous donnez l'ordre à un personnage (pas forcément celui que vous contrôlez) de soigner automatiquement un membre de l'équipe (dont lui-même) dès que ses points de vie tombent en dessous de 70 % du total. Cela évite de toujours devoir consulter le menu de combat pour se soigner manuellement. De même, associer le gambit « ennemi proche visible » avec la commande « attaque » fait attaquer vos personnages dès qu'un ennemi est dans leur champ d'action, et le personnage à qui vous associez cette commande matraque sans relâche le monstre jusqu'à ce que la pauvre bête rende l'âme.

Cela dit, il est tout à fait possible de désactiver ces gambits dans le cas, par exemple, où vous n'auriez plus assez de points de magie ou que vos points de vie seraient trop faibles pour se risquer à un combat. Ils sont désactivables un par un dans le menu des gambits, ou en bloc dans le menu de combat (menu par ailleurs accessible même hors combat). Une autre solution consiste à maintenir R2 pour fuir. Dans ce cas, tous les personnages abandonnent leurs actions en cours pour détaler.

4/ La grille des permis

Une autre nouveauté de cet épisode, mais qui n'est pas sans rappeler le sphérier de Final Fantasy X. La grille des permis se présente sous la forme d'un échiquier un peu biscornu. Les personnages ont tous la même, à peu de choses près. Sur cette fameuse grille des permis se trouvent presque tout ce dont vous avez besoin pour progresser. Techniques, soins, armes, boucliers, vêtements... sont à valider ici.

Oui, vous avez bien lu : « valider ». Parce que, dans Final Fantasy XII, il ne suffit pas d'acheter une cotte de maille pour pouvoir la revêtir derechef. Pour pouvoir jouir de cette nouvelle acquisition, il faudra procéder comme suit : d'abord, trouver un combat. Un combat gagné rapporte non seulement un précieux butin à revendre, mais aussi des points de permis. Généralement, un combat rapporte deux points de permis. Ensuite, vérifier dans la grille des permis, en haut à gauche, le nombre de points de permis que chaque personnage possède. Si le personnage auquel vous destinez cette cotte de maille qui vaut 35 points de permis, par exemple, possède 40 points de permis, vous aurez de quoi vous payer ce permis, c'est-à-dire le valider dans la grille. Une fois ceci fait, votre personnage aura l'autorisation de porter enfin cette belle cotte de maille.

Une fois un permis validé, donc une case de la grille des permis découverte, des cases autour de cette case validée se feront jour, vous faisant découvrir d'autres vêtements plus efficaces que cette cotte de maille. Ou des vêtements d'un autre type, des vêtements de mage, par exemple. La grille des permis est en effet agencée de telle manière que les types de vêtements, d'armes, de boucliers, de magies, de techniques, sont agencées ensemble. Quand on valide un permis de magie donnant l'autorisation d'utiliser une magie de soin 2, on peut donc s'attendre à découvrir un permis de soin 3. Ce dernier est toujours plus cher que le précédent. Idem en ce qui concerne la section des armes. Valider une case contenant un permis de porter une dague fera en général découvrir, à côté, un autre permis donnant le droit d'utiliser une dague plus puissante.

Sachant que la grille des permis est la même pour tous les personnages et qu'elle concentre tous les types d'armes, de soins, de vêtements, et j'en passe, vous comprendrez que le joueur est complètement libre de construire son personnage comme il le souhaite. S'il veut faire d'un personnage une bête de combat, il dépensera davantage de points de permis dans la section des armes (en bas de la grille), tandis que s'il souhaite en faire un magicien accompli, il trainera davantage dans la section des magies de soin, de défense, ou de maitrise du temps (en haut de la grille).

Ayez donc à l'esprit que dans Final Fantasy XII, rien ou presque ne peut se faire sans en passer par là. Que ce soit toutes les sortes d'armes ou tous les types de magie... Si tout peut être acheté dans les boutiques, vous ne pourrez profiter de rien si vous ne possédez pas les points de permis nécessaires pour valider un permis précis pour être autorisé à vous servir de tout ce que vous achetez.

5/ Les contrats de chasse

C'est l'autre gros morceau du jeu. A côté du scénario, le joueur est libre de partir à la chasse aux monstres quand il le souhaite. Ces chasses sont en fait des « offres d'emploi » que chacun peut consulter sur des panneaux situés un peu partout en Ivalice. Consulter un de ces panneaux (ils présentent tous les mêmes offres, donc inutile de crapahuter dans le monde entier pour tous les vérifier) permet de savoir quels contrats sont disponibles.

Les panneaux présentent d'abord des annonces, la plupart du temps affichées par des particuliers ayant un souci avec une bestiole peu amène dérangeant son commerce, et résumant vite fait l'objet du contrat à venir. Si l'annonce émoustille votre intérêt, l'option « cette annonce vous intéresse ? » apparaît. Si vous répondez oui, l'endroit où celui qui a rédigé l'annonce se trouve sera indiquée sur votre carte. Allez-y pour discuter des termes du contrat avec le bonhomme. Il vous expliquera plus précisément ce qui le tracasse, quel type de monstre lui gâche la vie et où il se trouve. Au terme de la discussion, il vous demandera si vous êtes toujours partant pour remplir le contrat. Répondre « oui » pour lancer la chasse. Un grand message indiquant que la chasse est lancé barrera l'écran, et vous n'aurez plus qu'à parcourir les bois et les champs à la recherche de la cible.

Ces contrats ne sont pas à la portée du premier venu, et pour que tout le monde sache à quelle satanée bestiole il aura affaire, les monstres sont classés en huit rangs, de I à VIII. Plus le rang est élevé, plus la cible est difficile à abattre. Sachant que le rang est indiqué sur l'annonce, ne vous étonnez pas si, une fois la cible découverte, elle décime votre groupe en quelques secondes.

Une fois la cible détruite, il faudra retourner voir la personne avec laquelle vous avez conclu le contrat. Elle vous récompensera de diverses manières, parfois ce peut être de simples objets de soins ou d'autres bricoles, mais plus vous avancerez, plus les chasses seront risquées, et plus les récompenses seront intéressantes. Ce sera parfois la seule manière de dénicher des armes ou des objets spéciaux introuvables en boutique.

Cela dit, ces contrats de chasse sont facultatifs. On peut boucler le scénario sans s'en occuper, mais dans ce cas on passe à côté de pas mal de choses. Parfois, vous découvrirez des petites histoires, au gré de votre évolution dans la hiérarchie des chasseurs. Des tas de petites histoires dans la Grande Histoire sont ainsi à la portée de celui qui aura le courage et la patience de remplir toutes ces missions.

Par ailleurs, accepter certains de ces contrats vous mènera parfois dans des lieux reculés d'Ivalice que le scénario n'aborde pas, et Ivalice regorge justement d'endroits mystérieux chargés d'Histoire. Remplir ces petites missions vous permettra parfois de découvrir beaucoup de petits morceaux d'Histoire ou des histoires personnelles, parfois tragiques, qui font toute la richesse de ce monde gigantesque sorti de l'esprit brillant de Yasumi Matsuno.

Voir la suite

Description rédigée par fandekazuki

Compléter / corriger cette description

Commentaires (70)

Avatar de mytsu
#1Par mytsu le 25/12/2010 à 14:55
Magnifique ! au niveau de l'histoire, des persos et tout.. Seul la bande-son m'avait moins plue

Avatar de sakana ebi
#2Par sakana ebi le 25/12/2010 à 16:06bondour
c'est vrai que le scenario est zéro. J'ai joué 134 heures et je n'ai jamais aimé les perso!
Bon rpg quand même surtout le système de combats bien moins chiant que les autres ff.

Avatar de Robot
#3Par Robot le 25/12/2010 à 17:10
Ce que j'ai surtout apprécié dans ce jeu, s'est le système de combat,on devait pas attendre que chacun attaque à son tour et sa c'était vraiment bien. Sinon le jeu en lui même est très bof.

Avatar de Ehlana
#4Par Ehlana le 25/12/2010 à 17:35♥ T-ara ♥ The Seeya ♥ F-VE DOLLS ♥ SP...
Même avis que luffy574... je n'ai même jamais fini le jeu, comme ça, c'est fait. Pas accroché du tout. Il ont même osé donner des noms de Chimère à des vaisseaux, horreur ! x_x

Avatar de ashelia-x-vaan
#5Par ashelia-x-vaan le 25/12/2010 à 18:06Sic Parvis Magnus
je l'ai pas encore fini alors que j'ai je ne sais combien d'heure de jeu ...
je trouve que c'est assez dur de se mettre dans le bain des combats , et au début de trouver des objets et de gérer les finances: j'trouve que les prix dans les boutiques d'ivalice sont trop élevé par rapport a ce qu'on peux gagner.
autre point négatif a mon sens, il faut se taper des heures et des heures de level up pour avoir un niveau suffisant pour passer aux zones suivantes, bref pas tres interessant

enfin pas une grande réussite a mon gout, et on a été habitué a mieux !

Avatar de -Bloody_Kairi-
#6Par -Bloody_Kairi- le 25/12/2010 à 20:40Mais pourquoi est-il si méchant ? Pas...
Le seul FF dont l'histoire ne m'a pas donné envie d'en voir le bout ! Persos creux et peu charismatiques, histoire quasi inexistante, invoc's moches et inutiles...
En revanche graphiquement pour une Ps2 ça en jette !
Les attaques spéciales des persos sont aussi très réussies. Le jeu est long (mais pas prenant, c'est dommage). Une bonne expérience quand même !

Avatar de enkibyo
#7Par enkibyo le 25/12/2010 à 22:13
Niveau Histoire et personnage s'est moyen pour un FF.

Mais niveau graphique et s'est le système de combat la je n'est rien a dire c'est très bon.

Avatar de furuba412
#8Par furuba412 le 25/12/2010 à 22:23
Pas encore fini mais c'est un très bon jeu ! Les personnages sont sublimes & l'histoire bien menée ! (:

Avatar de moni-chan
#9Par moni-chan le 26/12/2010 à 00:14~ A i s h i t e r u <3
Je n'ai pas continué ... j'ai aps totalement accroché par rapport aux autres :s ... J 'étais tellement impatiente d'y jouer et p'is j'ai été déçue :( .Mais j'y rejouerais peut-être pour me faire une autre opinion on ne sait jamais.Sinon la ville du début WAHOO !

Avatar de Bal-Sagoth
#10Par Bal-Sagoth le 26/12/2010 à 01:33Power of Morgan Freeman compels you!
Bah, il était mieux que le XIII.

Y'a juste Vaan qui mérite des baffes par centaines.

Avatar de Ayumikiss
#11Par Ayumikiss le 26/12/2010 à 10:53Embrace your dreams... [Zack]
Je m'éclate trop sur ce jeu en ce moment !
Ce qui est génial dans ce jeu, c'est la taille des villes, tous les lieux à visiter, c'est immense ! J'adore !

Et l'ATB, j'aime beaucoup ce système de combat avec les gambits, ça aide beaucoup, c'est un peu le bordel des fois, mais c'est sympa.

Bon, après, il vaut pas le X ou le VII, mais c'est quand même un bon jeu.
Avec de belles cinématiques ^^

Avatar de Sayurii
#12Par Sayurii le 26/12/2010 à 12:43Flavor of life ~
Le Final Fantasy que j'aime le moins. La preuve, j'ai mis près de deux ans à finir l'histoire principale alors que d'habitude il me faut qu'un mois environ. Il ne m'a pas du tout accroché et ce dès le début. Et que dire du boss de fin qui m'a terriblement déçue. J'arrivais même pas à croire que c'était déjà fini tellement qu'il était facile.
Je suis entièrement d'accord en fait avec luffy574. Le niveau graphique, quand on compare au X, je trouve que c'est très décevant, personnellement il m'a jamais fait rêvé et m'a plutôt déçue (pas fan de voir que des vaisseaux en scènes cinématiques...). Les chimères, de même, je m'en suis jamais servie car complètement inutiles (et contente de voir que Ehlana est de mon avis en ce qui concerne les noms des vaisseaux... J'ai été choquée). Les personnages manquent cruellement de profondeur, et avoir attendu des années pour ce jeu, c'est décevant je trouve. Les musiques pas géniales, je préfère même celles du X-2 donc bon... Quant au scénario, il avait de bonnes idées mais mal exploité je pense. Mais c'est sûrement la chose que je déteste le moins dans ce jeu. Enfin, un petit scénario ne fait pas tout, il faut que les personnages suivent au moins, et là il n'y a rien. Bref, un jeu que j'ai fini avec beaucoup de mal, et que je ne recommencerai sans doute jamais.
Tout simplement décevant je trouve.

Avatar de seiki
#13Par seiki le 26/12/2010 à 22:40
Le plus nul de tous les final fantasy, je me suis tellement ennuyé que j'ai tenter de le finir avec la soluce a la va vite histoire de dire que je finirais tous les FF (fan ^^) et sa ma gonflé même avec.
Un scénario bidon, un méchant qu'on voit jamais, un héro qui sert a...; RIEN !!! sa copine non plus ! Les personnages sont moche et sans charisme, les musiques ont même pas de charme !
Pfff un Final Fantasy à éviter !!! Malgré la note que les gens lui donnent ce qui est vraiment regrettable d'ailleurs.

Avatar de Azrael53
#14Par Azrael53 le 27/12/2010 à 06:09All is left, is pain.
Alors pour celui la j'ai pas adhéré du tout, les persos manquent cruellement de charisme, l'histoire, je dirais pas qu'elle est inexistante mais elle tourne plus sur la politique etc donc forcement, c'est un peu ennuyeux, et.. j'avoue, un des rares FF que j'ai pas fini.

Avatar de TSUmata
#15Par TSUmata le 27/12/2010 à 16:11welcome to the human farm
Le début de la fin pour les final fantasy sur console de salon... Ils avaient réussi à faire quelque chose de pas trop mal avec FF X malgrès le départ de Sagakuchi, mais là ... C'est à partir de ce moment là que la saga a perdu de sa magie je trouve... Adieu les personnages charismatiques au profit des graphismes sublimes... Les persos sont creux, la musique est plate, et le scénario est quasi inexsitant... Seul point positif, le système de combat interessant

Avatar de Kadrik
#16Par Kadrik le 28/12/2010 à 00:18
Je sais pas si vous savez que ce jeu s'est énormément inspiré de Star Wars, le costume des juges, les pirates de l'air le beau mec et le coéquipier non humain, la princesse en fuite avec la résistance, etc...

Avatar de MimiHime
#17Par MimiHime le 28/12/2010 à 01:35Neverland*
Des graphiques subblime! J'ai tellement joué à FFX-2 avant que le mode de jeu m'as un peu déstabilisée au début, mais ça été.

Avatar de happiness-miss
#18Par happiness-miss le 28/12/2010 à 13:51L'Otaku Maniaque !
Un bon FF, même si le scenario est innexistant.
Niveau perso, je trouve qu'ils ont renouvellé, Ashe, Balthier, Bash, je les trouve assez originaux ^^
Mais voilà, je l'ai fini mais je le recommencerais pas

Avatar de Raitto
#19Par Raitto le 31/12/2010 à 06:56
Un bon FF même si beaucoup ne l'ont pas vu comme ça.
Les combats ne sont pas si mal si on le compare à FFXIII (hormis les Eons qui sont vraiment useless) une histoire pas très pousser certes mais elle met en place pas mal de personnes et de "camp" ce qui la rend assez riche, de très beau paysage (ahh forêt de Salika...) et un OST qui s'adapte admirablement bien à l'univers.

En bref je l'ai beaucoup aimé, mais un truc très frustrant : l'obtention des armes ultimes tout simplement impossible à cause d'un taux de drops d'objets rares bien trop faible qui gâche le plaisir de les obtenir et fait perdre des heures à rien...

Avatar de lou chama
#20Par lou chama le 31/12/2010 à 11:13SHINee forever or never!!^^
Ouah beaucoup d'avis negatif pour ce jeu! (snif sa brise mon petit coeur lol)

Moi ce jeu a été mon premier RPG et je l'ai trouvé génial!! Je n'avais jamais joué à un seul FF avant alors sa a été une grande découverte pour moi!^^ et que dire j'ai tout de suite accroché contrairement à beaucoup d'entre vous, j'ai trouvé l'univers très riche, le scénario joliment ficelé avec de nombreux rebondissement et des personnages intéressant (bon ok Vaan et Penelo ne sont pas du tout des persos super attachants et auquel on s'identifie mais bon...) Mais que dire de Balthier!!!!!!(hum je passe pour une débile en disant que je lui voue un culte? lol)
En bref, j'ai pris beaucoup de plaisir à explorer ce monde dans le moindre détail et les quêtes annexes sont pas mal aussi, le jeu est long à finir certes, mais il est très riche en paysages et villes à explorer! De plus, la bande son s'accorde parfaitement avec les différentes zones parcourues je trouve! (comme tu le disais Raitto!^^)

C'est vrai que au début je ne comprenais rien au système de combat, les gambits et tout sa (ce n'était peut-être pas le Final Fantasy à choisir quand on débute xd) mais bien sur on s'y fait et après sa j'ai tout balayé sur mon passage! :yesaii:
Donc un jeu qui me rappelle de bons moments (parfois très longs et récalcitrants lol) passé sur ma ps2, depuis j'ai joué à FFX et FFXIII que je trouve superbes aussi même si le 13 manque cruellement de liberté (à part quand on peut faire des missions)

Bref de très bons jeux ces FF!! :cheer1:

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire, inscrivez-vous !

Fiches liées

Manga

Noter
8.41/10
(268 votes)

62%

38%

Favoris

Classements

Score : #795 (8.43/10)

Popularité : #7 (397 intéractions)

Activité du moment : #79

Les plus attendus

Recommandations


Cette page comporte une erreur ? Cliquez ici pour la corriger / modifier