Inscription | Connexion

Resident Evil : the Darkside Chronicles

Fiche créée par fandekazuki
  • Titre français : Resident Evil : the Darkside Chronicles
  • Titre original : Biohazard : the Darkside Chronicles
  • Titre alternatif : バイオハザード/ダークサイド・クロニクルズ
  • Plateforme : Wii
  • Dates de sortie :
    • 27/11/2009 France France
    • 14/11/2010 Japon Japon
    • 17/11/2009 États-Unis États-Unis
  • Etat : Disponible
  • Jouable en ligne : Non
  • Multijoueur : Oui (2 joueurs)
  • Genre : Tir subjectif
  • Thèmes : Horreur - Science-Fiction
  • Age conseillé : 18 ans et +
  • Site web officiel : Lien
  • Groupe : Resident Evil

~ Introduction ~


Resident Evil : The Darkside Chronicles
est un jeu en 3D et en vue subjective qui prend appui sur un scénario original pour développer ceux de Resident Evil 2 et Code : Veronica. L'histoire originale de ce jeu met en scène Leon S. Kennedy, membre d'un jour de la police de Raccoon City (déjà vu dans RE 2 et 4), et Jack Krauser (RE 4, non-jouable). Tous deux sont membres des forces spéciales américaines (SOCOM) et lorsque le jeu commence, nous retrouvons nos deux gais lurons dans un village perdu au milieu d'une jungle impénétrable en Amérique du Sud. Précisons, pour la chronologie de la série, que cette histoire se passe en 2002.

Ils ont été envoyés dans le secteur afin de mettre le grappin sur un certain Javier Hidalgo, un homme richissime qui possède la région entière (et qui la fait vivre grâce au barrage qu'il a fait construire). Cet homme a eu comme seul tort de prendre contact avec Umbrella (le laboratoire pharmaceutique qui a conçu le virus-T responsable de la mutation des gens normaux en zombies). Au cours de leur exploration du village et des alentours, ils vont bien vite se rendre compte que ce monsieur Hidalgo n'a pas perdu de temps dans ses tractations. En effet, à peine arrivés, ils vont avoir affaire à des zombies, ainsi qu'au bestiaire habituel de la série : hunters, requins, guêpes géantes, piranhas volants, araignées etc.

C'est la première fois que Leon fait équipe avec Jack, et ce dernier sait que son camarade a déjà combattu ce genre de créatures, et même qu'il s'est frotté à Umbrella. Léon décide alors de lui raconter son passé. Ces scènes nostalgiques seront l'occasion de revenir dans le passé de Leon, à l'époque où il était apprenti policier cherchant à fuir l'enfer de Raccoon City avec Claire Redfield (soeur de Chris, héros de RE 1, RE 5 et Code Veronica). Non content d'évoquer sa propre expérience, il va également faire un détour dans son récit en évoquant les mésaventures de Claire quelques mois après les siennes (dans Code Veronica, donc).

~ Le coeur du jeu ~


Le jeu se divise donc en trois parties, qui regroupent chacune plusieurs chapitres (faisables autant de fois que l'on veut) :

Première partie : Operation Javier
. C'est le centre du jeu, le point de départ de toutes les missions. Cette partie met en scène les pérégrinations de Leon et Jack. Dès le début, il sera question d'une sombre histoire de disparitions de jeunes filles dans un village pauvre et écrasé de soleil qui n'est pas sans rappeler celui de RE 5. A la recherche de leur guide, ils vont rencontrer une étrange demoiselle chantant divinement, mais un peu inconsciente de se retrouver au milieu d'un tel carnage.

Guidés (un peu) par cette jouvencelle disant s'appeler Manuela, Leon et Jack vont tenter d'infiltrer la demeure de Javier Hidalgo en passant par des endroits tous plus glauques les uns que les autres. En fait, l'essentiel de cette partie se déroule dans les méandres du gigantesque barrage qu'il a fait construire, et à l'intérieur duquel il a relâché toutes les armes biologiques à sa dispositions afin de faire cesser la progression de nos amis.

Deuxième partie : Mémoires d'une cité perdue
. Cette partie revisite Resident Evil 2, à travers ses passages essentiels (nulle question ici d'énigmes, on traverse les niveaux en ligne droite). En effet, en jouant soit Leon soit Claire, le joueur aura tout le loisir de faire d'agréables promenades dans la ville en ruines et en flammes, dans le mythique commissariat, ou encore dans les tréfonds du labo secret d'Umbrella. Tous les personnages secondaires qui comptent sont présents, comme Sherry, la fille de William Birkin -créateur du virus-G, bien plus puissant que le T), Annette Birkin, sa femme qui a participé au projet, ainsi que, bien sûr, ce cher colosse tout de vert vêtu, invincible et qui poursuit les héros tout au long du jeu sans se soucier des obstacles (il les pulvérise).

Troisième partie : Le jeu de l'oubli nous replonge dans Code Veronica, aux commandes de Claire Redfield et Steve Burnside. Dans ce jeu, on suivait les aventures de Claire Redfild, prisonnière de l'île de Rockfort pour avoir trop farfouillé dans les affaires d'Umbrella. Puisque l'île, véritable forteresse qui n'a rien d'un paradis, appartient à cette entreprise, il est évident que toutes les embûches seront placés sur son chemin pour l'empêcher de trouver la sortie.

Claire est accompagnée de Steve Burnside, lui aussi prisonnier de cette île maudite, et ensemble ils vont devoir s'épauler pour passer outre les dégâts qu'ont causé les bombardements, qui ont détruit pas mal d'installations. Nos deux compagnons de voyage auront aussi affaire à la folie d'Alexander Ashford, l'héritier de la famille, qui n'a pas du tout envie que tout ce remue-ménage ne cause du tort à sa soeur adorée qui réside aussi sur l'île, et envers laquelle il est complètement dévoué.

Tout comme le jeu d'origine, cette partie se déroule sur deux lieux bien différents : d'abord Rockfort Island, puis Sheena Island, située très près du cercle polaire.

~ Comment il se joue ~


Resident Evil : The Darkside Chronicles
est identique dans la forme à son prédécesseur, The Umbrella Chronicles, sorti sur la même console. Il s'agit d'un jeu tout entier tourné vers l'action, totalement dépourvu d'énigmes. Pas de gestion d'inventaire tatillonne, même si les munitions sont toujours limitées (exceptées celles du pistolet de base, qui sont infinies). On utilise la Wiimote pour contrôler le viseur, et aussi recharger son arme en la secouant (ça marche aussi avec le Nunchuk).

En maintenant le bouton Z et en agitant le Nunchuk, on peut aussi se servir d'un couteau. Très pratique pour se défaire des ennemis volants.

Dans ce jeu, le personnage avance automatiquement. On ne contrôle en fait que le viseur, que l'on peut pointer partout sur l'écran pour dégommer un panier à fruits, une ampoule, une vitre, du petit mobilier, et j'en passe. Il se faut pas hésiter à user de la gâchette car chaque objet détruit rapporte des piecettes ou des lingots, qui filent directement dans vos poches (enfin, dans celles du joueur). Cela d'autant plus que les munitions du pistolet de bases sont illimitées et qu'il n'y a pas de bonus ou de malus de précision. Il ne faut donc pas à faire le plus de bruit possible.

Aparté : que fait-on de tout cet argent ?


Comme dit plus haut, détruire des éléments du décor (et il y en a) rapporte de l'argent. Plus on avance dans le jeu, plus les niveaux regorgent de bidules à détruire qui rapportent toujours plus d'argent. Une fois que le niveau est terminé, il ne reste plus qu'à se rendre dans le menu de modification des caractéristiques des armes ou, comme dans Resident Evil 4, on peut choisir une capacité pour la modifier afin de rendre l'arme plus performante. Par exemple, la capacité du chargeur ou le temps de recharge, ou, plus basique, sa puissance de feu.

Le jeu est d'une rare linéarité, mais parfois le choix vous sera offert de prendre l'une ou l'autre partie d'un embranchement même si, in fine, tous les chemins mènent au même point d'arrivée. Cependant, selon la route que l'on emprunte, les pièges sont différents.

Le point de vue est dit subjectif, c'est-à-dire que l'on voit l'action avec les yeux du héros. Comme les deux personnages sont toujours présents au même endroit, quand on en choisit un, l'autre est visible en permanence, ce qui donne un petit côté « cinématique géante » au jeu. A noter qu'après avoir rempli diverses conditions, il sera possible de leur faire revêtir d'autres costumes. Loin d'être mutiques, les deux protagonistes se parlent très souvent, s'échangent des confidences sur leurs vies privées ou se font des blagues. De temps à autre, quand vous aurez le dos tourné, votre partenaire aura la mauvaise idée de se faire étreindre par un zombie. Il faudra alors le secourir rapidement avant que sa barre de vie ne descende en flèche.

En effet, votre allié n'est pas invincible et il faudra en permanence surveiller son état de santé (même si c'est le joueur qui est le plus souvent visé). Pour se soigner, les traditionnelles herbes médicinales (oubliez les mélanges d'herbes, il n'y en a que des vertes, ici) et les sprays sont trouvables un peu partout. Comme pour tous les objets du jeu, leur présence sera signalée par une icône représentant le bouton A. Il faudra alors faire preuve de rapidité pour mettre la main dessus.

A noter que, contrairement à son prédécesseur, cet épisode permet de conserver les herbes que l'on collecte. Alors que dans l'épisode précédent, on était obligé de se servir d'une herbe qu'on voyait passer même si l'on en avait pas besoin.

Avec l'argent et les herbes, un troisième type d'objets à récupérer est l'archive d'Umbrella. Elle est trouvable absolument partout (surtout dans les ampoules. Checkez les ampoules !) et se présente sous la forme d'icônes aux couleurs du logo de la célèbre multinationale. Ces archives sont consultables une fois le niveau terminé, et regorgent de précisions sur l'historique de la série, ses personnages phares ou tous les types de bêtes que l'on a pu croiser dans Resident Evil 2 et Code Veronica (avec une représentation en 3D vivante pour ces derniers). On peut également dénicher des documents que l'on pouvait déjà lire dans les épisodes originaux. Bien sûr, la partie centrale « Opération Javier » contient aussi son lot de lectures fort distrayantes... Notez que selon le niveau de difficulté, les documents ne sont pas les mêmes (le nombre d''archives et de documents totaux de chaque niveau est indiqué dans le menu de sélection des niveaux).

A chaque fin de mission, vous récoltez des notes allant de E à S pour certaines statistiques, comme le temps passé à accomplir la mission ou le nombre d'ennemis éliminés. La fonction en ligne sert uniquement à comparer les scores, elle n'est en aucun cas un moyen de jouer en coopération avec des joueurs du monde entier.

Voir la suite

Description rédigée par fandekazuki

Compléter / corriger cette description

Vidéo Resident Evil : the Darkside Chronicles

Commentaires (11)

Avatar de fandekazuki
#1Par fandekazuki le 20/02/2012 à 13:06softcore gamer
J'ai vérifié plusieurs fois et il me semble que le jeu n'est pas sur le site. Un peu étonnant...

Ce jeu, je l'ai bouffé jusqu'au trognon. SURTOUT pendant les vacances de Noël 2010-2011 J'y jouais toute la journée pour oublier la magnifique rage de dents qui m'empêchait de vivre (et qui m'empêchait de me concentrer sur les musiques de Chrono Cross. Je me suis rattrapé depuis, que Mitsuda me pardonne).

Un truc à ne pas faire : choper une rage de dents le 25 décembre. J'ai dû aller chez le toubib pour pour des médocs censés soigner l'inflammation qui me détruisait l'existence.

Vraiment, une rage de dents, c'est ce qui peut arriver de pire. Sans doute pire que se traîner une balle dans la jambe.

Le scénario de base réserve quelques surprises (et donne quelques réponses supplémentaires aussi, qui ne sont pas superflues), tandis que les Resident Evil 2 et Code Véronica sont revisités de belle manière, je trouve. Moi qui ai refait ce dernier pas mal de fois, j'ai trouvé les quelques trouvailles scénaristiques pas mal du tout, en particulier « le jeu de la mort » et sa musique dantesque (écoutable dans la version spéciale de l'OST, je recommande à tous les mélomanes d'y prêter leur meilleure oreille valide car elle vaut le détour, certains morceaux sont repris, donc connus, et les nouvelles compositions sont franchement superbes).

Graphiquement, il casse la baraque. Les décors sont très détaillés et on peut détruire un nombre incalculable d'éléments du décor. Il y a juste les effets d'escaliers qui gênent un peu, surtout quand la luminosité est au plus haut (quand il fait noir, ça ne se voit pas trop).

Certains évènements ont « changé de place », comme dans RE 2, où l'on constate que Marvin Branagh a changé de place. D'autres scènes ont été modifiées pour les rendre plus énergiques. C'est parfois un peu abusé, ça n'a plus rien à voir avec les jeux d'origine, mais bon... C'était pareil dans Umbrella Chronicles, je crois même y avoir décelé quelques incohérences, faudra que le refasse pour voir. J'avais fait ce dernier avec un pote parce qu'il est infaisable tout seul, il est vraiment pas évident, notamment à cause que parce que on peut pas stocker les herbes, et c'est nul.

Quand on m'a fait découvrir cette série il y a dix ans, ça ne m'intéressait pas vraiment parce que bon... Encore un jeu d'action bourré de testostérone (mon aversion pour les hardcore-gamers lobotomisés qui réclament leur dose d'hémoglobine remonte à la sortie de la Playstation, c'est en large partie à cause d'eux que j'avais un peu honte d'être toujours fan de Nintendo, y compris pendant que la N64 coulait à pic, parce que tous les gens de goût faisaient du vent sur la bécane de Sony). Mais non, pas tant que ça finalement. Ce que j'aime le plus dans cette série (pas dans le présent jeu, toutefois), c'est la quasi absence de musique. Entendre les bruits de pas sur les différentes surfaces (parquet, bois, tapis) ainsi que, parfois, les tas de poussière soulevés, c'est le genre de petits attentions que j'adore. Surtout que le premier épisode auquel j'ai joué était la retape du premier sur Gamecube, et je peux vous assurer que j'ai eu vraiment peur de mon ombre ! Il m'a vraiment foutu les jetons, ce jeu. Je tremblais pour de bon. Maintenant, ce n'est plus le cas. Faudrait que je trouve autre chose. Faudrait que Capcom trouve autre chose.

Avatar de Bal-Sagoth
#2Par Bal-Sagoth le 20/02/2012 à 13:13Power of Morgan Freeman compels you!
J'ai vérifié plusieurs fois et il me semble que le jeu n'est pas sur le site. Un peu étonnant...


Pas si étonnant, depuis qu'on a viré ce triso lobotomisé de Hung qui faisait des fiches en masse sans descriptions, ça a considérablement refroidi les ardeurs des wannabe posteurs de fiches. Surtout que lui s'était fait une spécialité des Resident Evil, il a été stoppé avant de pouvoir massacrer la fiche de ce jeu-ci aussi.

En fait c'à cause de cette tache de Hung qu'on a décidé de revoir très à la hausse nos critères d'exigence en matière de description, afin de ne plus jamais laisser passer une fiche aussi mal foutue (non parce qu'au départ, on n'exigeait pas de description, ça allait... Quand on a exigé une description, il en a fait... L'ennui c'est que le gars est encore plus incompréhensible que du japonais traduit en yougoslave par Google Trad).

Avatar de gwendal
#3Par gwendal le 20/02/2012 à 14:51Brytenwalda !
'M'a fallu du temps pour réaliser que Resident Evil avait une véritable chronologie, en fait.
Suffisamment de temps pour je le regrette aujourd'hui, même si je n'ai jamais été vraiment amateur de zombies (et toujours pas maintenant, d'ailleurs)...
Je crois juste savoir que les fans, les vrais, attendent effectivement un vrai renouveau de la série.

Avatar de Aglagla83
#4Par Aglagla83 le 20/02/2012 à 19:01B.A.P YES SIR ! <3
Je l'ai !! J'aime assez même si je pratique pas les jeux de combat/survie !!
Les graphismes sont beaux et ce qui me plaît c'est que le perso bouge tout seul, faut juste tirer !!! Etant pas douée pour manier les deux en même temps, j'ai moins le stress comme ça !! :p

Avatar de danteetvergil
#5Par danteetvergil le 21/02/2012 à 13:38
Encore un portage inutile qui sert juste à ramener de l'argent dans les caisses de capcom

Si seulement ça aurait été un remake comme le rebirth j'aurai dit oui mais un rail shooter ça gache tout

en tout cas la fiche est bien faite !

Avatar de Robot
#6Par Robot le 21/02/2012 à 16:57
tout a fait d' accord danteevirgil on compte pu comment la licence resident evil a eté réutilisé comme plein d' autre licence de chez capcom, perso je me suis arreté au 4 et comme beaucoup je pense que c' es mieux comme ca,après c' es une question de gout le jeu doit etre de bonne qualité connaissant capcom

Avatar de tiff_phoenix
#7Par tiff_phoenix le 21/02/2012 à 19:00
C'est un jeu assez plaisant si on ressort déçu du 4 et du 5 ... Il nous replonge dans les anciens brièvement même si ce n'est que brièvement. J'ai hate de voir ce que va donner le 6 même si je pense qu'on ne retrouvera jamais ce qu'on a aimé dans les anciens. Trop américanisé, trop de mecs ultra musclés qui font les durs, trop de nana dure à cuire super sexy.... Bref, ce n'est plus ce que c'était.

Avatar de Yoshi Mitsu
#8Par Yoshi Mitsu le 28/02/2012 à 12:04Mikuuuuu ! >=3
Pourquoi dit-on que ce jeu fait peur ? :hum:

Avatar de drama--love
#9Par drama--love le 18/08/2012 à 16:45Akira Tomosuke desu~♥
Très bon jeu, mais c'est dommage pour le déplacement automatique...

Avatar de Niji Kawaii
#10Par Niji Kawaii le 23/08/2012 à 00:06Ready?! Let the game BEGIN!"
Mon tout premier Résident Evil ! *Toute émue en disant cette phrase, les larmes aux yeux ! xD* Malgré les graphiques pourris de la wii (En général, of course !), ce jeu s'en sort plutôt bien ;-) Je trouve le scénario génial, les zombies plus adorables les uns que les autres et...euh...la chanson {Sleeping beauty} que chante Manuela Hidalgo au début vraiment sublime bien que ça, Osef ! Enfin bref, ayant acheté une Xbox 360 Elite et Résident Evil 5 en même temps, je trouve que celui-ci est bien mieux que le 5 :-D


Avatar de Robot
#11Par Robot le 02/11/2012 à 20:34

Yoshi Mitsu a écrit :

Pourquoi dit-on que ce jeu fait peur ? :hum:

Comme tout les jeux de survival-horror tu vois. "Horror". u_u
Comment j'ai hate d'être à Noel vous imaginez même pas, quoique j'hesite avec un autre opus...A voir. :-/

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire, inscrivez-vous !

Noter
7.65/10
(26 votes)

78%

22%

Favoris

Classements

Score : #859 (7.92/10)

Popularité : #327 (45 intéractions)

Activité du moment : #387

Les plus attendus

Recommandations


Cette page comporte une erreur ? Cliquez ici pour la corriger / modifier